Mouillages : un plan de lutte contre les corps-morts illégaux

Evalués à plus de 200 embarcations, ces ancrages illégaux nuisent à la qualité de l’eau et à la sécurité. Les professionnels dénoncent de longue date cette situation qui fait par ailleurs l’objet d’une interdiction formelle.

La question semble avoir été prise en compte par les services de l’Etat qui ont lancé en décembre dernier, sous l’égide du Sous-préfet Philippe Nucho, un plan de contrôle des mouillages sauvages et le démontage de quelques corps-morts situés devant le camping Beau rivage à Mèze. Environ 45 fixations illégales ont été recensées à cette occasion.

L’Etat souhaite intensifier les opérations de verbalisation sur les bateaux au mouillage dans la lagune par la mobilisation des moyens de la DDTM 34 et la brigade nautique de la gendarmerie départementale. Les amendes vont jusqu’à 1500 euros auxquelles peuvent s’ajouter des pénalités quotidiennes depuis la date de mise en demeure jusqu’à l’enlèvement, le tout étant de trouver les propriétaires.
De son côté, Sète agglopôle Méditerranée a procédé avec l’aide de la Ville de Sète à l’enlèvement d’épaves dans la zone du Barrou où 14 épaves avaient été recensées.
Le déploiement de ce dispositif reste cependant timide et mériterait d’être renforcé notamment la poursuite de l’enlèvement des épaves dans les autres zones concernées soit Balaruc-les-Bains et la crique de l’Angle.

En parallèle, des solutions sont recherchées pour organiser des zones de mouillage pouvant accueillir ces bateaux sans nuire à l’environnement de la lagune.
Le 24 janvier, une réunion s’est tenue dans les locaux de Sète agglopôle Méditerranée sur le sujet à laquelle ont assisté les représentants de la conchyliculture, de la pêche, des associations de plaisanciers, de l’intercommunalité, des services de l’Etat. Plusieurs pistes de solution ont été évoquées pour accueillir les bateaux concernés :
– L’installation d’un ponton à Balaruc-les-Bains
– La création de mouillages devant Mèze

Aucune de ces trois solutions n’a été jugée satisfaisante. Pour le sous-préfet Philippe Nucho, l’offre avec Port Suttel, port en voie de légalisation, est suffisante pour régler la situation. L’autre projet évoqué a été la rénovation des deux darses au cœur du quartier de l’Île de Thau et l’augmentation du port à sec de la rive Sud.